Coop média de Montréal

Journalisme indépendant

More independent news:
Do you want free independent news delivered weekly? sign up now
Can you support independent journalists with $5? donate today!

Mise-à-jour et lettres de prison de Fallon et Carlos

Deux des trois anarchistes emprisonnées au Mexique

by Fuegos à las carceles

Mise-à-jour et lettres de prison de Fallon et Carlos

Jusqu’à présent, un appel du compagnon Carlos a été reçu informant de la décision du procureur général d’imposer un arraigo* de 40 jours aux trois. Nous savons qu’il s’agit d’une mesure désespérée de la PRG** pour retenir les compagnon.nes et chercher plus d’éléments pour leur condamnation, mais il est également clair qu’ils veulent poursuivre l’interrogatoire, leur faire signer des déclaration compromettante, les torturer, pour obtenir des informations et impliquer à d’autre compagnon.nes. C’est aussi un moyen de convaincre les familles et ami.es d’abandonner la défense juridique, parce que ca conviendrait au gouvernement d’avoir un avocat d’ordre commun pour les baiser à la place d’une défense juridique et politique. Le PGR n’a pas d’éléments, mais en sont à la recherche.

À Montréal les compagnon.nes se sont rassemblé.es devant le consulat mexicain en soutien aux compagnon.nes Amélie, Carlos et Fallon!

(traduction trouvée sur Sabotagemedia)

 

Lettre de Fallon, camarade anarchiste détenue au Mexique

Salut les ami-es!

Nous sommes ici ensemble, nous de ce côté et vous probablement de l’autre. Pour employer le langage de l’État, il y a des années et des kilomètres qui vont nous séparer, mais ce que nous partageons ensemble est de loin plus vaste que les distances ou le temps. L’État pense qu’il crée un distance entre nous, mais au contraire, nous deviendrons plus proches que jamais! Aujourd’hui est le 8 janvier, nous avons voyagé dans des maudites voitures de flics entre plusieurs centres de détention provinciaux et fédéraux en l’espace de 60 heures, et même si ils ont décidé que nous resterons ici pour un autre 48 heures, ils n’obtiendront rien parce que le silence est plus fort que la répression.

La chose la plus importante maintenant est de bâtir une force plus puissante que les prions. Nous avons le contexte pour bâtir des relations internationales. Pour moi la solidarité c’est l’amitié, je ne suis pas une victime ou un prisonnier politique, je veux utiliser la réalité que nous vivons maintenant, pour contruire une amitié plus forte, plus grande. Je suis prête à combattre l’autorité de l’intérieur ici, comme à l’extérieur et je ne vais jamais arrêter de le faire.

La prison est une réalité normale et je vais utiliser cette expérience et j’espères que vous le ferez aussi, dans le but de développer une force individuelle plus puissante, qui devient grandit en puissant jour après jour.

Nous sommes ici et nous allons être ici pour confronter autant la réalité de la prison que la réalité du monde extérieur.

Une grande accolade à vous tous-tes.

Contre l’autorité ici et à l’extérieur!

Fallon

 

 

Lettre de Carlos Lopez, camarade anarchiste détenu au Mexique

C’est avec beaucoup d’énergie et de rage que j’écris ces brèves lignes pour vous parler des conditions de mon enlèvement par le gouvernement de la ville de Mexico, mais aussi pour m’étendre sur quelques sujets qui m’intéressent en ce moment.

Ma situation politique n’a pas été décidée, et pour des raisons évidentes je ne peux pas aller dans les détails pour ne pas ruiner ma défense légale. La nuit du 5 janvier, nos camarades Fallon et Amélie et moi ont été mis sous détention par des membres de la police pour être les prétendus auteurs d’attaques aux molotovs contre le Secrétariat des Communications et des Transports, et pour les incendies de plusieurs voitures d’une concessionaire Nissan.

Jusqu’à aujourd’hui, mercredi 8 janvier, nous avons été accusés de terrorisme, de délinquance organisée et de destruction de la propriété.

Nous allons bien, somme resté-ess fort-es et uni-es et avons atteint le troisième jour de détention entre les interrogatoires, tentatives de nous faire peur et les stratagèmes élaborés. Comme le cas étrange d’une faux groupe humanitaire, qui passèrent un moment seuls avec moi, me disant qu’ils avaient été envoyés par une camarade en me donnant son nom et une description physique d’elle. Je les ai initialement cru et ai commencé à parler à l’un d’eux qui semblait très intéressé par mon cas. Mais c’est facile d’identifier les méthodes utilisées par un porcin (toutes mes excuses aux vrais porcs) et j’ai immédiatement deviné qu’il s’agissait d’un flic.

Avec la supposée intention de nous défendre, il m’a montré plusieurs photos qui me montraient avec quelques ami-es, et d’une façon gentille m’a demandé les noms et lieux, alors j’ai immédiatement pensé: "Comment un flic peut-il tenter d’agir comme un camarade, quand dans son coeur il n’y a aucune dignité?". Bien, dans leur entraînement ils sont domestiqués comme des chiens de chasse au service de leurs maîtres, sans questionner, ils ne font qu’agir et ne ressentent rien, ce qui leur donne cette façon unique de baver et d’avoir cette lueur malicieuse d’abuseur dans leur regard.

D’un point-de-vue personnel des choses, je suis un anarchiste insurrectionel, et ce que j’entends par cela, c’est la rupture avec toutes les formes de domination à travers une lutte quotidienne, penser et repenser les méthodes et objectifs, utiliser comme point de départ la volonté de l’individu et l’organisation de relations sociales d’une manière horizontale, d’être capables de décider de nos propres vies, en commençant par la destruction de nos propres paradigmes mentaux qui nous lient dans l’obéissance et la soumission, pour trancendre dans la conflictualité, d’une manière permanente et informelle.

Je sais que la solidarité anarchiste est forte comme un chêne, et qu’elle ira toujours plus loin que seulement des mots.

En solidarité avec Gustavo Rodriguez, Mario Gonzalez, Amélie Pelletier, Fallon Poisson, Gabriel Pombo, Felicity Ryder et tous-tes les camarades faisant face à la déportation, qui sont fugitifs-ves ou bien en prison.

Carlos López “El Chivo”
Prison du Procureur Général de la République, Camarones, ville de Mexico

(traductions des lettres par Antidev)

Textes originaux sur Fuego à las carceles

 

 


Socialize:
Want more grassroots coverage?
Join the Media Co-op today.

Creative Commons license icon Creative Commons license icon

About the poster

Trusted by 0 other users.
Has posted 31 times.
View anabraxas's profile »

Recent Posts:

picture of anabraxas

anabraxas ()
Québec
Member since September 2011

About:

Anon blogger, writer, translator, commenter, researcher. Co-editor of the bilingual Antidev blog.

1028 words

Join the media co-op today
Things the Media Co-op does: Support
Things the Media Co-op does: Report
Things the Media Co-op does: Network
Things the Media Co-op does: Educate
Things the Media Co-op does: Discover
Things the Media Co-op does: Cooperate
Things the Media Co-op does: Build
Things the Media Co-op does: Amplify

User login


Google+
Subscribe to the Dominion $25/year

The Media Co-op's flagship publication features in-depth reporting, original art, and the best grassroots news from across Canada and beyond. Sign up now!