Coop média de Montréal

Journalisme indépendant

More independent news:
Do you want free independent news delivered weekly? sign up now
Can you support independent journalists with $5? donate today!

Mensonges policiers, de Montréal-Nord à Ferguson

Blog posts reflect the views of their authors.

Il est parfois difficile pour la police de justifier une bavure policière. Surtout quand la victime n’avait aucune arme sur elle. Lorsque l’injustifiable devient trop difficile à justifier, la police peut avoir recours au mensonge, en racontant que la victime avait essayé de désarmer le policier avant de mourir, par exemple. Nos recherches nous ont permis de découvrir sept cas de ce genre au Canada seulement. Et dans plusieurs cas, la version policière s’est avérée n'être qu'un tissu de mensonges.

 

 

 

 

 

 

-

Samedi de la semaine passée, il y avait une vigile pour honorer la mémoire de Fredy Villanueva, un jeune de 18 ans abattu par la police à Montréal-Nord, il y a six ans.

Et pendant que les proches et sympathisants de la famille Villanueva se rappelait de Fredy, un autre jeune de 18 ans tombait sous les balles de la police, cette fois-ci à Ferguson, une petite ville de banlieue dans l’État du Missouri.

Il s’appelait Michael Brown, et non seulement il avait le même âge que Fredy Villanueva, mais en plus il n’était pas armé au moment où la police lui a tiré dessus.

Comme dans le cas de Fredy Villanueva.

La mort de Michael Brown a aussi été suivie d’émeutes.

Comme dans le cas de Fredy Villanueva.

Mais les coïncidences ne s’arrêtent pas là.

La police a dit que Michael Brown avait tenté de désarmer le policier Darren Wilson.

Comme dans le cas de Fredy Villanueva, où la police a également affirmé que la victime avait essayé de désarmer l’agresseur policier, soit l’agent Jean-Loup Lapointe, matricule 3776.

C’est sûr que si Michael Brown et Fredy Villanueva avaient eu un couteau dans les mains, ça aurait été beaucoup plus facile pour la police de justifier de telles bavures auprès de l’opinion publique.

Après tout, la thèse de la légitime défense se vend bien mieux quand la police est en mesure de dire que les deux protagonistes (civil et policier) étaient tous deux armés.

Si Michael Brown et Fredy Villanueva avaient eu un couteau dans les mains, ces deux jeunes-là seraient allés rejoindre les statistiques des décès aux mains de la police et la population les auraient probablement oubliés beaucoup plus facilement.

Chaque année aux États-Unis, il y a entre 375 et 500 personnes qui sont abattues par la police, dont la moitié souffre de problèmes de santé mentale.

Il n’y a pas de chiffre exact sur le nombre de décès parce qu’il n’y a aucun organisme public qui collige de façon systématique des données sur les décès de citoyens aux mains de la police, mais cette estimation signifie qu’à chaque jour il y a au moins une personne qui perd la vie durant une intervention policière aux États-Unis.

Ça fait donc beaucoup de décès.

Et rares sont ceux dont on entend parler jusqu’ici, au nord de la frontière américaine.

Sauf que quand la victime est un jeune de 18 ans qui avait toute la vie devant lui, ça choque la population.

Et ça apparait d’autant plus aberrant quand le policier se sert de son arme à feu pour tirer des balles mortelles sur une jeune victime n’avait aucune arme dans les mains.

Alors c’est mieux pour la police d’inventer une histoire qui va calmer les gens, une histoire qui va légitimer la thèse de la légitime défense policière.

Et la police a tout intérêt à trouver une façon de calmer les gens quand la colère populaire s’exprime à travers des émeutes, comme à Montréal-Nord en 2008 et à Ferguson en 2014.

Alors la police va venir nous dire : le jeune avait peut-être pas d’arme, mais il essayait de prendre celle du policier, alors ça l’a mis en danger la vie du policier et le policier a donc tiré pour protéger sa vie.

Et patati patata, on connais tous et toutes la vieille cassette usée que nous font jouer les services de relations-publiques de la police après chaque bavure policière.

Parmi les refrains connus, il y a ces policiers américains qui se plaisent bien à reprendre le dicton : i’d rather be judged by 12 than carried by 6.

Ce qui veut dire en français : j’aime mieux être jugé par 12 que transporté par 6.

Ces chiffres font référence au fait qu’il faut 12 personnes pour former un jury et 6 personnes pour transporter un cercueil.

Donc, en clair, ce dicton veut dire, mieux vaut se retrouver en procès que dans un cimetière.

Il faut cependant dire que les policiers vont tout faire pour éviter à la fois le procès et le cercueil.

Et pour ça, ça prend une bonne histoire, une histoire dans laquelle la thèse de la légitime défense policière se retrouve entièrement légitimée.

C’est pourquoi on entend les policiers nous dire que la victime, que LEUR victime, leur victime non-armée, a essayé de désarmer un policier juste avant de mourir.

Ce scénario commence d’ailleurs à être de plus en plus connu et utilisé par la police, tant au Canada qu’aux États-Unis.

Juste au Canada, nos recherches nous ont permis de documenter au moins sept cas de citoyens décédés suite à une bavure policière où la police a prétendu après-coup que la victime a essayé de s’emparer de l’arme d’un policier avant d’être criblé de balles.

Le cas plus ancien remonte au 30 novembre 1989, lorsque que Michel Lavoie, 24 ans, a été abattu par un policier de la Sûreté du Québec, à Montréal.

La police a prétendu que Michel Lavoie aurait tenté de s’emparer de l’arme à feu d’un policier durant l’intervention policière.

À Toronto, il y a eu le cas de Hugh Dawson, un homme noir âgé de 31 ans et père de deux enfants, qui est décédé après avoir été atteint de onze balles, dont 10 ont été tirées par l’agent Rick Shank à Scarborough, le 30 mars 1997.

ONZE BALLES, c’est encore pire que le cas de Sammy Yatim !

Et Hugh Dawson, lui, n’était pas armé, il était tout simplement assis au volant de sa voiture au moment où il a été approché par une équipe de policiers en civil, qui ont gentiment brisé toutes les vitres de son véhicule à coups de matraques et de crosses de pistolet pour ensuite le frapper directement au visage.

La police de Toronto ne paraissait pas trop bien dans cette histoire, à plus forte raison que l’agent Rick Shank avait déjà abattu un autre homme Noir, quatre ans plus tôt.

En effet, Ian Coley, 21 ans, est tombé sous les balles de l’agent Rick Shank, à Scarborough, le 20 avril 1993.

La police de Toronto avait donc grandement besoin d’avoir une bonne histoire à raconter au public.

Elle a donc prétendu que Dawson avait tenté de prendre l’arme de l’agent Shank.

Mais il semble qu’il y avait des gens au bureau du procureur de la couronne qui avait de la difficulté à croire à cette histoire.

Surtout que l’enquête sur cet incident a permis d’établir que Hugh Dawson ne voyait plus rien au moment où il a été criblé de balles tellement son visage avait été ensanglanté par les collègues de l'agent Shank.

La couronne ne croyait tellement pas à l’histoire de la tentative de désarmement qu’elle a porté une accusation d’homicide involontaire à l’encontre de l’agent Shank pour la mort de Hugh Dawson.

Il y a aussi eu le cas de Tony Romagnuolo, un père de famille âgé de 44 ans abattu de trois balles par l’agent Randy Martin de la police régionale de York.

Abattu dans sa propre maison et devant sa famille, à Sunderland (Ontario), au beau milieu du temps des fêtes, le 28 décembre 1998.

Ce qui est arrivé, c’est que quatre agents de deux corps de police municipaux différents, ceux de York et de Durham, se sont rendus chez la famille Romagnuolo, pour arrêter Enzo Romagnuolo, le fils de Tony Romagnuolo.

Le motif ?

Un des quatre policiers impliqués s’étaient sentis menacé par Enzo Romagnuolo lors d’une conversation téléphonique, une semaine plus tôt.

Mais l’intervention a rapidement dégénéré.

Non seulement Tony Romagnuolo a-t-il perdu la vie, mais en plus son fils Rocco Romagnuolo, le frère d’Enzo, a été grièvement blessé après avoir reçu un projectile d’arme à feu dans l’estomac.

La police faisait donc bien mauvaise figure dans cette tragique affaire, ce qui explique sans doute pourquoi la police a allégué qu’Enzo Romagnuolo aurait tenté de désarmer un policier durant l’intervention policière qui a couté la vie à son père.

Cependant, il semble que cette histoire a aussi rencontré un certain scepticisme dans les rangs de la couronne puisque des accusations criminelles ont été portées contre trois des quatre policiers impliqués, à commencer par une accusation de meurtre au second degré contre l’agent Randy Martin en rapport avec le décès de Tony Romagnuolo.

D’ailleurs, il semble que la preuve ne pouvait soutenir l’allégation voulant qu’Enzo Romagnuolo aurait tenté de désarmer un policier puisque la couronne a retiré toutes les accusations qu’elle a porté contre ce dernier, deux ans après la tragédie.

En Alberta, il y a eu le cas de Darren Varley, 26 ans, abattu par l’agent Michael Ferguson dans une cellule du détachement de la GRC de Pincher Creek, en Alberta, le 3 octobre 1999.

La police a également prétendu que la victime avait tenté de désarmer le policier.

Sauf que l’agent Ferguson s’est empêtré dans ses propres mensonges en donnant des versions contradictoires de l’incident, de telle sorte que l’agent Ferguson s’est retrouvé avec une accusation de meurtre au deuxième degré.

Et fait rare, le jury a déclaré que le gendarme avait commis un homicide involontaire coupable sur la personne de Darren Varley.

Le policier Ferguson a ensuite été condamné à une peine de quatre années d’emprisonnement, ce qui fait de lui un des très rares policiers à avoir fait de la prison pour avoir tué un citoyen au Canada.

À Toronto, encore une fois, il y a eu le cas d’Otto Vass, 55 ans, décédé d’une embolie après que les policiers se soient mis à quatre sur lui pour le frapper de coups de matraque à la tête, aux bras et aux jambes lors d’une intervention policière particulièrement musclée, le 9 août 2000.

Encore un 9 août !

La police de Toronto était un peu dans le pétrin puisque des témoins civils avaient fait des déclarations aux journalistes accusant les quatre constables d’avoir fait preuve de force excessive envers Otto Vass.

C’est alors que l’agent Philip Duncan, un des quatre policiers impliqués, a allégué que Otto Vass avait tenté de le désarmer...

Sauf que son histoire était tellement cousue de fil blanc que la police a encore une fois eue de la difficulté à trouver preneur.

Éventuellement, les quatre policiers impliqués, soit les agents Rob Lemaitre, Phil Duncan, Nam Le et Felipo Bevilacqua, ont tous dû répondre d’accusations d’homicide involontaire sur la personne d’Otto Vass.

Selon nos recherches, le cas le plus récent que est survenu le 10 mai 2009, avec le décès de Shawn Price, 36 ans, abattu de deux balles par la police à Edmonton, en Alberta.

La policière qui a fait feu a ensuite allégué que Price avait essayé de prendre l’arme de son partenaire, une version toutefois contredite par la compagne de Price, qui a été témoin de toute la scène.

Force est de constater que la police est souvent prête à dire n’importe quoi pour essayer de faire accroire au bon peuple qu’elle tue des gens en toute légitimité.

Mais heureusement, il y a encore beaucoup de gens qui refusent d’avaler les histoires à dormir debout que raconte la police pour essayer de justifier leurs bavures policières !

C’est tellement vrai que même le coroner André Perreault n’a pas cru l’histoire de l’agent Jean-Loup Lapointe quand celui-ci prétendait que Fredy Villanueva avait essayé de le désarmer !

Et on espère de tout cœur que les enquêteurs, District Attorneys et juges qui se chargeront de l’affaire Michael Brown ne croiront pas non plus l’agent Darren Wilson !

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Socialize:
Want more grassroots coverage?
Join the Media Co-op today.

Creative Commons license icon Creative Commons license icon

About the poster

Trusted by 0 other users.
Has posted 18 times.
View lacrap's profile »

Recent Posts:


lacrap (Coalition contre la répression et les abus policiers)
Montréal
Member since August 2012

About:


2069 words
Join the media co-op today
Things the Media Co-op does: Support
Things the Media Co-op does: Report
Things the Media Co-op does: Network
Things the Media Co-op does: Educate
Things the Media Co-op does: Discover
Things the Media Co-op does: Cooperate
Things the Media Co-op does: Build
Things the Media Co-op does: Amplify

User login


Google+
Subscribe to the Dominion $25/year

The Media Co-op's flagship publication features in-depth reporting, original art, and the best grassroots news from across Canada and beyond. Sign up now!