Coop média de Montréal

Journalisme indépendant

More independent news:
Do you want free independent news delivered weekly? sign up now
Can you support independent journalists with $5? donate today!

Comment la Loi sur les Indiens a fait agir des Indiens comme des Indiens de la Loi sur les Indiens

Blog posts reflect the views of their authors.
photo-montage accompagnant l'article original
photo-montage accompagnant l'article original

p { margin-bottom: 0.21cm; }a:link { }

Traduction libre en français de How the Indian Act Made Indians Act Like Indian Act Indians de Warrior Publications disponible en version originale à https://warriorpublications.wordpress.com/2011/02/11/how-the-indian-act-made-indians-act-like-indian-act-indians/

Qu'est-ce que la Loi sur les Indiens ?

La Loi sur les Indiens est une loi qui fut adoptée la première fois en 1876. Elle a imposé le contrôle de l'État sur les autochtones, couvrant tous les aspects de la vie quotidienne. Cette loi focalise sur trois domaines particulièrement : conseils de bande, réserves et statuts (statuts de membres). Son but principal était (et est encore) le contrôle et l'assimilation des autochtones par le Canada. Cette Loi était une série de lois qui devait temporairement exister jusqu'à l'assimilation complète des autochtones.

Qu'est-ce qu'un conseil de bande ?

Sous la Loi sur les Indiens, de 1876, une bande est ''un groupe d'Indiens vivant sur une réserve désignée et dont l'argent est conservé par la Couronne'' (le gouvernement du Canada). Un conseil de bande inclut un chef et un certain nombre de conseillers, habituellement élus par les membres de la bande.

Le conseil de bande est équivalent à une municipalité ou à un conseil de village et le chef au maire. Les conseils de bande ont remplacé les formes traditionnelles d'organisation sociale. Plusieurs des premiers conseils de bande ont été organisés par les missionnaires qui les utilisaient pour exercer leur contrôle sur les communautés.

Un conseil de bande tire son autorité de gouverner de la Loi sur les Indiens et est assujetti aux lois provinciales et fédérales tout comme au Ministère des affaires indiennes (aujourd'hui appelé ''Ministère des affaires autochtones''*NDT). Il tient son pouvoir de l'argent et des ressources que lui procure l'État. Ils sont utilisés à la discrétion du chef et du conseil. Cela leur procure un immense contrôle et une immense influence sur leur communauté (comme il en est l'intention).

Qu'est qu'une réserve ?

Sous la Loi sur les Indiens, de 1876, une réserve est ''une terre de la Couronne désignée à l'usage d'une bande indienne''. La terre appartient au Canada, mais est ''réservée'' pour son utilisation par les Indiens. Comme la Loi sur les Indiens, les réserves devaient être temporaires ; la terre devait être utilisée pour le logement et l'établissement d'une économie autosuffisante (un élément nécessaire de l'assimilation).

 

Qu'est-ce que le Ministère des affaires indiennes (maintenant Ministère des affaires autochtones *NDT) ?

Le Ministère (actuellement Ministère des affaires autochtones et Développement du Nord *NDT) est le ministère fédéral responsable de l'administration de la Loi sur les Indiens sur 609 bandes (c'est le chiffre qui apparaît dans le texte original *NDT) partout au Canada. Il possède un budget annuel de 6 milliards (Ce chiffre est tiré du texte original. Le budget serait d'à peu près de 7 milliards aujourd'hui *NDT) qui est distribué aux conseils de bande à la fois comme forme de contrôle et pour assurer que les politiques gouvernementales soient appliquées. Le premier Ministère des affaires indiennes a été formé en 1755 comme une partie de l'armée britannique en Amérique du Nord. Plusieurs de ses premiers responsables furent des officiers militaires.

 

Quelle est la stratégie de l'État Re : la Loi sur les Indiens ?

La stratégie de l'État est de mettre un terme à la Loi sur les Indiens et à tous les statuts spéciaux pour les autochtones et les terres des réserves. Cela a toujours été leur but à long terme parce que pour l'État cela signifierait l'assimilation légale (ainsi que politique et économique) complète des autochtones. En 1969, le Canada a proposé l'abolition de la Loi sur les Indiens et du Ministère des affaires indiennes (proposition appelée le ''White Paper''), mais cette proposition a été l'objet d'une opposition puissante de la part des autochtones.

Aujourd'hui, les gouvernements et les chefs en appellent à la fin de la Loi sur les Indiens qu'ils disent être un obstacle au progrès économique. C'est certain que nous pouvons nous demander comment les autochtones pourraient être assimiléEs s'ils/elles continuent d'être l'objet de statuts spéciaux (incluant les réserves) ?

Qu'est-ce que l'autonomie gouvernementale ?

L'autonomie gouvernementale est le plan actuel d'assimilation du gouvernement. Il implique de transformer les conseils de bande en gouvernements municipaux, avec des pouvoirs et des responsabilités similaires. Sous l'autonomie gouvernementale, les bandes obtiennent plus de contrôle sur leurs terres, leurs ressources, leurs finances et leur gouvernance locale. Vendre ou louer la terre, l'exploitation des ressources et la taxation sont vus comme étant les principaux moyens d'atteindre une autosuffisance économique. Dans ce sens, l'autonomie gouvernementale serait vraiment l'auto-administration de notre propre oppression.

 

Qu'est-ce que l'''élite économique aborigène'' ?

L'élite économique aborigène sont des autochtones qui ont construit leur richesse, leurs statuts et leur pouvoir à travers leur implication dans le système de la Loi sur les Indiens ou à travers leur association avec celui-ci. La majeure partie de la richesse de cette élite provient des subventions gouvernementales et des corporations.

Aujourd'hui, plusieurs des bandes ont des budgets de plusieurs millions de dollars et les multiplient en s'impliquant comme des corporations autochtones dans divers secteurs d'affaires ( coupe forestière, mines, location des terres de la réserve, dépotoirs, compagnies d'aviation, l'embouteillage d'eau, etc.). Autrefois, moins d'une centaine d'années auparavant, les bandes étaient directement administrées par le Ministères des affaires indiennes et ses ''agents indiens'' (agents des ''affaires indiennes''). Qu'est-ce qui a changé ?

Dans les années 60, les ''agents indiens'' ont commencé à être déphasés. Ils ont été remplacés par des chefs et des conseillers formés par le Ministère des affaires indiennes pour appliquer les programmes gouvernementaux et pour administrer les conseils de bande.

Aussi, dans les années 70, des milliers d'autochtones ont commencé à fréquenter les collèges et les universités. À partir des années 80, autour de 30 000 autochtones étaient allés à l'université pour étudier l'économie, la science politique et les lois, aptitudes qui prenaient de la valeur quand ils retournaient dans leurs réserves et commençaient leurs carrières dans le système de la Loi sur les Indiens.

En retour de leur collaboration, plusieurs des chefs et des conseillers jouissent de richesse matérielle et de luxe. Leur collaboration implique d'améliorer la capacité des corporations à exploiter les richesses naturelles et le maintien d'un système d'oppression sur les autochtones.

Qu'est-ce que l'assimilation ?

L'assimilation est la fusion d'une entité, d'un groupe, dans un autre. En Amérique du Nord, cela a impliqué la destruction des cultures autochtones traditionnelles et la substitution des formes d'organisation sociale des autochtones par des formes européennes.

Afin de réaliser ce processus, les autochtones devaient être affaibliEs préalablement par un état de guerre biologique et par la violence militaire. Par la suite, elles/ils ont été forcéEs à vivre dans des réserves où elles/ils ont été assujettiEs à des politiques d'assimilation.

Ces politiques incluaient la christian-isation et les écoles résidentielles (dirigées par les Églises). Jusqu'aux années 70, des générations d'enfants et de jeunes autochtones ont été forcéEs de fréquenter les écoles résidentielles, se sont faitEs interdire de pratiquer leur culture (incluant leur langue) et ont été endoctrinéEs aux valeurs et manières de vivre européennes.

Aujourd'hui, cette assimilation se poursuit à travers le système d'éducation tout comme à travers les médias corporatistes ainsi que les industries du divertissement. À travers ceux-ci, nos visions, nos croyances et nos valeurs sont fabriquées par le système.

Le succès de cette assimilation peut être mesuré par la puissance avec laquelle une personne a intégré ces valeurs et comportements comme étant les siens, ce qui se reflètent dans sa façon de vivre. Aujourd'hui, plusieurs de ces autochtones assimiléEs voient le fait d'avoir un emploi, de l'argent et des possessions matérielles comme étant des objectifs positifs de vie.

En ajout à ce texte, voici un paragraphe sur l'Assemblée des Premières Nations tiré de Resist the Assimilation of First Nations de Warrior Publications, vous pouvez trouver ce texte dans sa version originale et entière à

https://warriorpublications.wordpress.com/2011/02/11/resist-the-assimilation-of-first-nations/

 

Qu'est-ce que l'Assemblée des Premières Nations ?

L'Assemblée des Premières Nations a été établie en 1980 à Ottawa. Elle prétend être la représentante nationale des peuples indigènes de tout le Canada, celle qui lutte pour nos titres et nos droits. En réalité, c'est une organisation subventionnée par l'État rassemblant les chefs des conseils de bande. Ceux-ci agissent comme des agents néo-coloniaux défendant les intérêts des gouvernements et des corporations.


Socialize:
Want more grassroots coverage?
Join the Media Co-op today.
1472 words
Join the media co-op today
Things the Media Co-op does: Support
Things the Media Co-op does: Report
Things the Media Co-op does: Network
Things the Media Co-op does: Educate
Things the Media Co-op does: Discover
Things the Media Co-op does: Cooperate
Things the Media Co-op does: Build
Things the Media Co-op does: Amplify

User login


Google+
Subscribe to the Dominion $25/year

The Media Co-op's flagship publication features in-depth reporting, original art, and the best grassroots news from across Canada and beyond. Sign up now!